Réserve faunique de l'île Saint-Bernard

Pour la seconde fois depuis notre arrivée au Québec, nous avons passé une bonne partie de la journée à la réserve faunique de l'île Saint-Bernard, au sud-ouest de Montréal. A seulement quelques minutes de Montréal, voila un lieu vraiment dépaysant et facile d'accès.




Le sentier principal est une boucle tout autour du parc, entrecoupée de deux sentiers traversant des marécages. Chacun de ces deux sentiers sont agrémentés d'abris d'observation de la faune du parc.


A pied ou en petites embarcations, il est possible de profiter du site de plusieurs façons. Il faudrait vérifier, mais je pense qu'il est même possible de louer des kayaks et faire le tour de l'île. A pied, sur un bon rythme et sans trop s'arrêter, il est possible de faire le tour de l'île en 1h30. 



Contrairement à notre première fois, nous avons pu observer plusieurs dizaines d'oiseaux, grenouilles, serpents et quelques gibiers. Si vous avez la chance d'y aller très tôt le matin ou même en semaine, vous maximiserez vos chances d'observer la faune. Le parc est bien fréquenté durant l'été, limitant quelque peu la possibilité de profiter de toute la richesse du parc. Évidemment, tous les animaux sont en liberté !






Les sentiers sont très bien entretenus et très bien balisés. Ils vous emmèneront dans différents endroits  du parc : le long du Saint-Laurent sur des plages de sables, dans les zones plus humides du parc, en forêt et dans certains secteurs plus secs.





En à peine 1 mois, le paysage a tellement changé. Après un hiver rude et interminable, nous pouvons enfin profiter pleinement de l'été et du beau temps, tout est bien vert et en fleur.







Pour plus d'informations :


498, boulevard D’Youville,
Île Saint-Bernard
Châteauguay (Québec) J6J 5T9


- Bonne semaine tout le monde -

Semi-Marathon d'Ottawa

Aujourd'hui, dimanche 24 mai, c'était jour de course à Ottawa. La championne, Allison, courait un semi-marathon. Courir 21 kilomètres, c'est beaucoup trop pour moi, j'en profite pour me balader en ville et j'accueille la coureuse à la fin !

Le départ.
Sur les 2 jours de compétitions 
(10, 21, 42 kilomètres et mini-marathon pour les enfants), il y a avait plus de 45 000 participants !


Forcément, quand tout le monde suit la course, il n'y a absolument plus personne dans le centre-ville !

Rue O'Connor


Les coureurs sont passés non loin du Parlement canadien

Le palais des Congrès,  à quelques minutes de la ligne d'arrivée

Allison (en violet) qui termine sa course en 2h03 ! belle performance !

Le tour de Charlevoix

Qu’il est difficile de rester en ville le week-end lorsque les beaux jours sont là ! 

L’air de la campagne fait vraiment du bien, surtout quand on est fils d’agriculteur et puis après tout, il y a toujours de bonnes raisons pour continuer de découvrir le Québec. Jusqu’à présent, nous n’avions jamais visité la région de Charlevoix. Nous y sommes passés, mais nous n’avions pas pris le temps de découvrir réellement ce coin du Québec.

La région de Charlevoix est située au nord de la ville de Québec, sur la rive-nord du fleuve Saint-Laurent. Ici, les paysages s’entremêlent entre les massifs montagneux et le fleuve. Aussitôt passé l’île d’Orléans, le Saint-Laurent commence à s’élargir pour atteindre une largeur moyenne de près de 22 kilomètres entre la rive-nord et la rive-sud. A l’entrée du Golfe du Saint-Laurent, le fleuve est déjà large de 48 kilomètres, on l’appelle l’Estuaire Moyen. Avec de telles distances, nous avons réellement l’impression d’être au bord de la mer, d’autant plus qu’à mesure que nous nous rapprochons du Golfe, l’eau douce du Saint-Laurent devient de plus en plus salée et l’effet des marées est de plus en plus prononcé. A Baie-Saint-Paul, lors de la marée basse, l’eau se retire à près d’un kilomètre du rivage !

Pour profiter du long week-end férié, nous sommes restés deux nuits à l’Auberge des Peupliers à la Malbaie. Je partage avec vous quelques unes des photos prises durant ce petit séjour. La Malbaie est située à 60 kilomètres au nord de Baie-Saint-Paul. En arrivant tranquillement le samedi matin (il faut environ 4h30 pour rejoindre la Malbaie depuis Montréal en voiture), nous commençons notre petit séjour par une balade sur les bords du fleuve. Il y a du vent, l’eau est assez agitée mais les températures sont tout de même confortables et le petit air iodé est très agréable. 

(n'hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir)





La ligne de chemin de fer du train de Charlevoix longe le Saint-Laurent sur plusieurs kilomètres. La ligne passe à seulement quelques mètres de l'eau.



La région de Charlevoix est réputée pour ses élevages (notamment de moutons) où de nombreuses fermes pratiquent toujours la mise au pâturage de ses animaux. Les fermettes au bord du fleuve et à flanc de coteau sont très caractéristiques de l’agriculture locale.





Charlevoix est une région touristique, très attirante pour les touristes qui viennent s'y installer durant l’été. Les endroits sont peu nombreux au Québec où il est si facile de profiter de la plage et de la montagne sur d'aussi courtes distances. La plage de sable de Baie-Saint-Paul est très bien aménagée et facile d’accès.









En rejoignant l’arrière pays en moins de 40 minutes, en s'enfonçant dans les terres, nous avons atteint le Parc National des Grands-Jardins. Ce parc SEPAQ fait parti des deux parcs nationaux de la région de Charlevoix avec le Parc National des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie (ce parc est actuellement fermé, mais va réouvrir prochainement).



Le Parc des Grands-Jardins propose plusieurs sentiers, nous avons choisi celui de la Chouenne qui nous emmène à l'un des sommets du Parc. Ouvert en 2009, ce sentier de 4.3 kilomètres (aller-retour) est vraiment facile d’accès et permet d’admirer la région.









De retour à la Malbaie, nous avons planifié d’aller profiter du lever de soleil le lendemain à la marina du Cap-à-l'Aigle. Il parait que le lever de soleil est spectaculaire. Malheureusement, nous n'avons pas été très chanceux car le temps était bien couvert avec du brouillard...j'ai tout de même pris quelques photos souvenirs.





En résumé, nous avons passé un excellent week-end dans une magnifique région. Il faut absolument que nous y retournions durant l'automne pour profiter de la saison des couleurs. Charlevoix en offre pour tous les goûts : se relaxer, se balader, bien manger et boire et il existe une multitude de choix pour se loger entre les auberges, les hôtels et les gites.

voici quelques adresses que nous avons aimées :

Auberge des Peupliers
381 Rue Saint Raphaël, La Malbaie, QC G5A 2N8


Pains d'Exclamation, boulangerie artisanale
398 Rue Saint-Etienne, La Malbaie, Quebec G5A 1S8


Microbrasserie Charlevoix
6 Paul-René Tremblay, Baie-Saint-Paul, QC G3Z 3E4


Parc National des grands Jardins, sentier de la Chouenne
Accueil du Mont-du-Lac-des-Cygnes
Route nº 381

Journée d'été au printemps

Nous l'attendions depuis longtemps, elle est enfin arrivée : la chaleur. Coté température, le thermomètre frôlait le 25 degrés ces derniers jours et voici qu'il a même largement dépassé le 30 degrés aujourd'hui. Ça fait du bien, les arbres changent, les fleurs apparaissent et mes clients agriculteurs sont dans les champs pour semer. 

Tout le monde espère que la récolte 2015 sera meilleure que la précédente. En tout cas, le printemps semble bien favorable. A vrai dire, il fait quand même chaud et sec depuis longtemps à tel point que les feux en plein air sont interdits partout au Québec car les risques d'incendie sont majeurs.





Lors de mes visites chez ma clientèle agricole, j'essaie autant que possible de prendre mon appareil photo et si le timing le permet, de garder quelques souvenirs du moment. La nature est belle en ce moment, c'est agréable de prendre une pause de quelques secondes pour profiter du paysage et de l'agriculture locale. Essentiellement dans le sud du Québec, non loin de la frontière américaine, ma clientèle agricole est productrice de céréales, de lait, de viande, de vins et de fruits. 

Dans le coin de Frelighsburg, cette portion du Québec fait partie de ces zones vallonnées de la belle province. Ici, la vigne et les vergers sont majoritaires. Les terres sont plutôt rustiques et dures à travailler, mais c'est exactement ce type de sol qui est recherché par les producteurs de raisins et de pommes.




L'héritage anglophone (même si nous sommes au Québec) est important. De nombreux édifices publiques et religieux ont conservé leur nom en anglais. C'est amusant de voir qu'en dépit des efforts de certains groupes francophones obligeant à tout traduire dans les deux langues, il semble y avoir des « bastions » plus réticents à ces traductions forcées. Personnellement, je suis très content que tous ces noms demeurent en anglais, ça ajoute du charme et c'est l'image que je me suis toujours faite du canada.

Coté architecture, l'Église anglicane Bishop Stewart Memorial s'intègre parfaitement dans le style local.






- Bon week-end tout le monde -

Vous aimerez surement :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...